Coronavirus : urgence de santé internationale

Mise en œuvre de la prise en charge à domicile

Au niveau communautaire :
Des résultats importants ont été obtenus grâce à la mise en œuvre de la PECADOM (Prise en charge à domicile) en termes de réduction de la morbi-mortalité palustre au niveau communautaire. Les différentes évaluations de la PECADOM ont recommandé l’élargissement du paquet d’interventions du Dispensateur de Soins à Domicile (DSDOM) en y intégrant la prise en charge de la diarrhée et des IRA.

Malgré les avancées, quelques limites ont été constatées dans la stratégie PECADOM, comme modèle de détection passive des cas de paludisme au niveau communautaire. Aussi, cette approche PECADOM n’est pas toujours renforcée par des activités d’éducation à base communautaire susceptibles d’améliorer l’acceptation des DSDOM nouvellement formés et d’encourager le recours aux soins actifs. C’est ainsi qu’une étude pilote dénommée PECADOM Plus menée dans le district de Saraya en 2013 par les volontaires du Corps de la Paix américain, a mis en évidence les avantages de la détection active des cas de paludisme par rapport à une approche passive. Il s’est agit durant la période de forte transmission palustre (juillet à décembre) d’organiser des ratissages au niveau des villages. Les DSDOM ont fait du porte à porte une fois par semaine afin de détecter, tester et traiter ou référer chaque cas suspect de paludisme, de diarrhée ou d’IRA au niveau de leur village respectif.

L’extension de la stratégie PECADOM prend en compte la particularité de certaines zones. Ainsi dans la région de Diourbel, suite à un constat d’une forte morbi-mortalité du paludisme chez les enfants pensionnaires des Daaras (écoles coraniques), il a été décidé de mettre en œuvre la PECADOM au niveau de ces Daaras.

L’extension de la gestion intégrée des cas au niveau communautaire, pour un impact certain sur la mortalité infanto- juvénile, est une option prise dans la politique de prise en charge du programme. Celle-ci nécessitera une formation/recyclage des DSDOM, une disponibilité permanente des intrants, un suivi rapproché, des équipements adéquats et une motivation des acteurs pour une réussite. Le suivi de cette activité à tous les niveaux permettra de garantir une atteinte des objectifs fixés.

Cette prise en charge va aussi intégrer l’utilisation du traitement pré-transfert pour les cas graves au niveau communautaire. Cette stratégie sera étendue à l’ensemble des régions.